La réaction au feu et la maintenance des bardages bois sont deux notions essentielles pour une bonne conception de façades sur des bâtiments ERP et logements collectifs. FAÇADEBOIS.COM a donc organisé ce 4e webinar avec ses partenaires SIVALBP et ARCHI 5, pour évoquer l’ensemble de ces sujets.

L’industriel SIVALBP a pu aborder le contexte règlementaire de la sécurité incendie et a notamment donné ses solutions sur l’entretien des finitions pour une pérennité esthétique. L’agence d’architecture ARCHI5 a quant à elle présenté le groupe scolaire Jean-Louis Etienne de Couvray, à la conception particulièrement soignée pour maîtriser l’esthétique de façades bois sur ERP et collectifs.

Maîtriser la réaction au feu et la maintenance des bardages bois

Le contexte règlementaire de la sécurité incendie évolue régulièrement et permet de nouvelles solutions de façades bois. La connaissance du comportement au feu des revêtements bois est nécessaire pour son application dans des établissements recevant du public (ERP) et logements collectifs. Aussi, pour maîtriser l’esthétique de façades bois sur ERP et collectifs, tant la conception que les applications possibles apportent de nombreuses possibilités. En fonction du choix retenu et des évolutions souhaitées, l’entretien des finitions pour une pérennité esthétique est à anticiper.

FAÇADEBOIS.COM a choisi d’aborder le sujet, au vu notamment des actualités récentes sur des solutions de revêtement bois, vis-à-vis de leur comportement au feu. Il s’agissait aussi d’être au clair sur la maintenance que peut nécessiter un revêtement bois.

Pour y répondre, en qualité de fabricant industriel, l’entreprise SIVALBP a fait part de son expertise sur ces sujets complémentaires. Une explication des normes en vigueur, appliquées aux bâtiments ERP et logements collectifs, a permis de connaître les dernières informations.

De même, SIVALBP propose de nombreux profils et gammes de finition qui allient des performances :

  • économiques ;
  • esthétiques ;
  • de réaction eu feu

Enfin, le cabinet d’architecture ARCHI 5, fort de son expérience sur des bâtiments bois, présente le groupe scolaire Jean-Louis Etienne de Coupvray (77), en cours de livraison. Les choix de matériaux en façade permettent notamment de répondre à la complexité de l’ouvrage, dans des écritures architecturales complémentaires.

Retrouvez l’ensemble des présentations et le replay, ainsi que les produits SIVALBP

Apprendre sur le comportement au feu des revêtements bois et leur pérennité

La sécurité incendie est un sujet majeur qu’il faut maîtriser tout au long de la vie du bâtiment, afin d’éviter tout risque aux usagers. La réaction au feu et la maintenance des bardages bois était donc le thème de ce webinaire organisé le jeudi 8 avril à 11h30, par FAÇADEBOIS.COM.

FAÇADEBOIS.COM apporte des solutions techniques pour des façades performantes et durables. Elle rassemble des fabricants de produits et diffuse une documentation très diversifiée sur ce domaine. Les actualités annoncées vous permettent d’être toujours à la page. L’écosystème de FAÇADEBOIS.COM, c’est aussi du conseil et de la formation pour accompagner vos projets. Vous cherchez une expertise pour vous assister dans votre projet bois ? Contactez-nous.

Pour aborder le comportement au feu des revêtements bois, la société SIVALBP est un intervenant tout trouvé. Cet industriel est spécialisé dans les solutions de revêtements de façades en bois. Créée en 2008, l’entreprise s’est rapidement développée et emploient aujourd’hui 57 salariés. SIVALBP est rapidement devenu un interlocuteur majeur en France, concernant les bardages bois. Elle propose près de 150 types de bardages et lambris, pour environ 650 000 m² de produits vendus par an, à partir de 6 essences de bois résineuses. L’intégralité des bois utilisés est certifié PEFC ou FSC. Aussi, l’énergie consommée sur le site de production est 100 % renouvelable. Le chiffre d’affaires annuel avoisine les 17 millions d’euros. C’est le premier industriel du secteur à proposer des fiches FDES (fiches de déclarations environnementales et sanitaires) individuelles pour ses produits.

Au nom de SIVALBP, l’intervention est assurée par Yvon DEBEAUMONT, chef régional des ventes et responsable marketing.

L’agence ARCHI 5 est représentée par Denis SIMONIS, chargé de projets. Cette entité, créée en 2003, emploie 40 personnes, pour concevoir des projets en lien avec :

  • l’architecture ;
  • l’urbanisme ;
  • le paysage.

Son expérience concerne aussi bien des équipements publics que privés, en France et dans le monde, pour des typologies de projets très variées (culture, scolaire, logements…).

Quelles sont les évolutions sur le contexte règlementaire de la sécurité incendie ?

Le comportement au feu des revêtements bois, notamment sur les ERP et logements collectifs, fait l’objet d’une règlementation précise et évolutive. La réaction au feu et la maintenance des bardages bois est à maîtriser, pour assurer le maintien des performances de la façade et la sécurité des usagers.

En matière de réaction au feu, les matériaux sont définis par des Euroclasses, dont la classification se décompose comme suit :

  • lettre « A à F », qui définit la contribution énergétique à la propagation du feu ;
  • lettre « s1 à s3 », qui définit la production de fumée ;
  • lettre « d0 à d2 », qui définit la chute de gouttes et débris enflammés.

Au niveau des textes règlementaires, l’Instruction Technique IT 249 s’applique sur les ERP de 1er groupe et les logements à partir de la 3e famille. Aussi, l’arrêté du 7 août 2019 a fait évoluer certains aspects de la sécurité incendie :

  • les bâtiments de 4e famille sont renommés IMH (immeuble de moyenne hauteur). Le bois n’est pas envisageable en façade de ces bâtiments, car ils exigent désormais des matériaux Euroclasse A (incombustibles) ;
  • en 3e famille, on attend des matériaux Euroclasse A ou Euroclasse D-s3, d0 ou C-s3,d0 avec appréciation technique de laboratoire.

Le bardage bois est soumis à la norme EN 14915 « Lambris et bardages bois – Caractéristiques, évaluation de conformité et marquage ». Aussi, en tant que matériau de construction, le bois doit être sous marquage CE et faire l’objet d’une déclaration de performances (DOP). Cette déclaration définit notamment les exigences de classement au feu. Pour les connaître, on peut se référer à la norme EN 14915 elle-même, ou alors, l’industriel doit disposer d’un PV feu spécifique.

Les essais pour tester le matériau sont aussi multiples :

  • essai SBI : on brûle une maquette avec bardage ;
  • essai LEPIR : on brûle un échantillon de mur à l’échelle 1.

Pour connaître des solutions de paroi adaptées, on peut aussi se référer aux travaux suivants :

  • « Bois construction et propagation du feu par les façades » par le CSTB : il a permis dès 2017 que le bois soit sous appréciation technique de laboratoire et donc applicable en 3e 3 solutions ont été apportées dans cette version 2019, par rapport à la version initiale de 2017 ;
  • « Bois construction et propagation du feu par les façades » – déc. 2020 : on apporte d’autres solutions bois, avec toutefois des exigences, telles que :
    • des déflecteurs pouvant aller jusqu’à 250 mm ;
    • des obturateurs de lame d’air ;
    • des dispositions particulières avec les isolants biosourcés ;
  • Groupe Feu : en mars 2021, 14 professionnels se sont réunis pour proposer une nouvelle Appréciation de Laboratoire, moins limitative, à savoir notamment :
    • déflecteurs ramenés à 50 mm et au nombre de deux ;
    • bardage bois a minima Euroclasse D utilisables avec isolants biosourcés ;
    • affranchissement de l’obturateur de la lame d’air ;
    • un écran thermique d’épaisseur 20 mm ;
    • Une surface intermédiaire, entre deux déflecteurs réduits, doit être appliquée en matériau Euroclasse A, tout en permettant un bardage bois au-dessus et en-dessous.

Entretien des finitions pour une pérennité : solutions et maintenance associée !

Concernant la réaction au feu des revêtements bois, les bardages SIVALBP ne bénéficient d’aucune ignifugation, car ce sont les caractéristiques propre au Mélèze, dont la densité, qui permettent le classement Euroclasse C. D’autres solutions existent, qu’il s’agisse de bois ignifugés (selon la norme EN 16755 « Durabilité des performances de réaction au feu » ) ou de finitions ignifuges appliquées. Dans ces deux cas, la durabilité de la performance pour une exposition extérieure demandera une maintenance pour garder les caractéristiques sur le long terme.

Pour faciliter l’entretien des finitions pour une pérennité esthétique, SIVALBP a fait le choix d’essence particulière et de finition adaptée. Les finitions proposées par SIVALBP, développées avec un partenaire, sont les suivantes :

  • peintures ;
  • lasures ;
  • saturateurs.

Les peintures et lasures sont des applications filmogènes, qui peuvent donc se dégrader avec le temps (ex : peluchage…)s’ils ne sont pas entretenus régulièrement. En plus d’un coût d’application plus élevé (40 à 58 euros le m², hors frais de maintenance), ils requièrent donc une maintenance accrue par rapport au saturateur. Ce dernier, de formulation non filmogène est absorbé dans le bois. Il est moins coûteux à l’application (28 euros le m²) et ne nécessite pas de maintenance obligatoire. On peut toutefois choisir de le renouveler, après un simple nettoyage, si on veut maintenir la teinte initiale du bois.

Plusieurs gammes de saturateurs existent chez SIVALPB :

  • gamme ELEGANCE : saturateurs tons bois ;
  • gamme NEW AGE : saturateurs gris intemporel ;
  • gamme VINTAGE : saturateurs foncés (bois thermo-traité et aspect bois brûlé).

De nombreuses références de bâtiments ont appliqué ces solutions. On peut donc voir l’évolution au bout de quelques années d’exposition.

L’ensemble des produits SIVALBP peuvent être consultés ICI, et faire une recherche filtrée avec les bardages Euroclasse C 

Enfin, SIVALBP propose un accompagnement à la maintenance. En s’inscrivant auprès de l’entreprise, on bénéficie de l’aide d’un technicien de finition. En fonction de l’évolution souhaitée, des process précis sont préconisés, tout en limitant le budget et le temps d’intervention sur chantier. Un lien vers des applicateurs agréés par SIVALBP peut aussi être fait, pour faciliter les démarches et recourir à des professionnels compétents.

Maîtriser l’esthétique de façades bois sur ERP et collectifs : présentation d’un groupe scolaire à Coupvray (77)

Groupe scolaire J-L Etienne à COUPVRAY – agence ARCHI 5

Le retour d’expérience expliqué par ARCHI 5 donne des notions en lien avec la pose des bardages bois, et l’entretien des finitions pour une pérennité esthétique de l’ouvrage.

Le groupe scolaire Jean-Louis Etienne à COUPVRAY (77) est le 1er bâtiment d’un nouveau quartier qui accueillera plus tard un gymnase ou encore des logements. Le maître d’ouvrage avait notamment des exigences sur :

  • l’excellence environnementale et une volonté de labellisation E3C1 ;
  • l’usage de matériaux bas carbone ;
  • la valorisation de la filière bois.

Le maître d’ouvrage ayant déjà l’expérience de la construction bois, accepte ansi que le bois puisse évoluer dans le temps.

Le bâtiment couple différents niveaux scolaires, accueillant des classes de maternelle à une école élémentaire. Pour délimiter les espaces, une spirale a été envisagée : elle entoure la cour maternelle, tandis que, dans son déroulement, apparaît le niveau R+1 accueillant les classes élémentaires. Les travaux s’élèvent à 9,4 millions d’euros.

Posé sur des fondations en micro-pieux, il mixe des noyaux de contreventement en béton coulé in situ, des caissons en bois préfabriqués ou encore une charpente en bois lamellé-collé. La présence de béton s’explique aussi par la présence d’un sol argileux, qui peut être mouvant : d’où le besoin d’assurer un tel contreventement, même si on ne se trouve pas en zone sismique.

L’interface bois/béton a nécessité un suivi précis tout au long du chantier pour vérifier les ajustements, notamment dans les zones cintrées. Aussi, le pont thermique en pied de façade a été traité par différents moyens :

  • longrine avec isolant en soubassement, qui vient appuyer sur l’assise ;
  • dalle portée avec isolation en sous-face ;
  • doublage de l’isolation, côté intérieur.

Au sujet du revêtement, 2 expressions architecturales se complètent :

  • façade minérale, à base de pierres du Hainaut ;
  • bardage bois à l’intérieur de la cour maternelle, mais aussi sur la façade tournée vers la vallée de la Marne.

On retrouve aussi des éléments de bardage bois à l’intérieur du bâtiment, pour rappeler la continuité du revêtement.

Ce sont des lames à faux claire-voie SIVALBP en mélèze certifié FSC qui ont été posées. Ce produit dispose d’une fiche FDES spécifique.

Au niveau du comportement au feu des revêtements bois, la règle du « C+D » ne s’applique pas sur ce bâtiment. C’est pourquoi il faut appliquer des matériaux Euroclasse C-s3. Ici, les lames choisies en mélèze sont en Euroclasse C-s2.

Les lames de bardage bois du rez-de-chaussée sont couvertes par un grand débord de toiture, avec une sous-face en okoumé, alors qu’au R+1, le bardage bois est exposé. C’est pourquoi les configurations de bardage n’ont pas été multiples, afin d’assurer l’homogénéité du vieillissement. Les caissons préfabriqués ont fait l’objet d’une pose du revêtement en atelier. Toutefois, les zones plus complexes ont nécessité une pose in situ du bardage. Ces zones sont notamment :

  • angles cintrés ;
  • hauteurs variables ;
  • ajustements entre l’assise béton et le pied de bardage ;
  • ajustements entre l’auvent et la tête de bardage.

Les lames ont fait l’objet d’une finition, avec un saturateur en résine acrylique, teinté orangé. Le saturateur retarde le vieillissement pendant environ 3 ans, selon l’exposition. Après cela, le bois s’éclaircira pour reprendre sa teinte naturelle, avant d’entamer son grisaillement.

Détails sur façade ossature bois et bardage bois

Quelles sont les interrogations restantes sur les produits SIVALBP ?

  • Le sens de pose ou les profils utilisés influencent-ils l’évolution esthétique ?

On considère souvent que le sens horizontal est moins favorable à un vieillissement homogène du bardage. SIVALBP propose toutefois des profils adaptés pour les sens de pose vertical et horizontal. Les saturateurs permettent le retardement du vieillissement, même à l’horizontale.

C’est plutôt l’exposition des façades qui va clairement avoir un effet, vu que les façades sud et ouest sont les plus exposées. Le vieillissement sera donc accéléré par rapport aux façades nord et est.

  • Quelles est la provenance des bois utilisés pour les bardages ?

SIVALBP propose principalement des bardages à base d’essence provenant de la Scandinavie et de l’Europe. Les conditions de croissance en zone froide influence notamment sur la qualité et densité exigée. Le mélèze de Sibérie offre les meilleures caractéristiques pour répondre à la réaction au feu et maintenance des performances. Et surtout, 25 % de l’approvisionnement de l’entreprise se fait à partir de bois français.

  • Est-il envisagé de proposer des lames en bois feuillus ?

L’outil de production de SIVALBP est principalement calibré pour transformer des bois résineux. C’est pourquoi les produits SIVALBP sont à ce jour exclusivement à base de conifères.

Merci à l’agence ARCHI 5, Denis SIMONIS et à SIVALBP, Yvon DEBEAUMONT pour la qualité de leur intervention. 

Prochainement !

Le prochain webinaire aura lieu le jeudi 29 avril à 11h30, concernant « les solutions de façades bois préfabriquées pour la réhabilitation de logements collectifs ou ERP », avec la société TECHNIWOOD, et son partenaire l’agence d’architecture EQUATEUR.

Consultez le programme et inscrivez-vous ICI

 

Pour ne rien manquer des actualités et des prochains webinars, inscrivez-vous à notre newsletter.

FacebookTwitterPinterestLinkedIn