Respecter les bonnes pratiques pour une étanchéité à l’air optimale et maîtrisée : tel était le thème du 3e webinaire organisé par FAÇADEBOIS.COM avec ses partenaires. UBBINK a présenté les qualités des membranes pare-vapeur et accessoires performants, et l’importance d’une mise en œuvre précise, tout en présentant sa gamme de produits adaptés pour assurer la bonne performance des bâtiments. PREFABRICATIONBOIS.COM et RAMERY CONSTRUCTION BOIS ont fait des retours d’expérience sur le bénéfice de la préfabrication pour maîtriser l’étanchéité à l’air.

Pourquoi une étanchéité à l’air optimale et maîtrisée conditionne la performance du bâtiment ?

Parce que la réglementation thermique exige des bâtiments de plus en plus étanches à l’air pour limiter les consommations énergétiques et assurer le confort des usagers. Par des techniques adaptées propres à l’ossature bois, et notamment le traitement des points singuliers et la gestion des interfaces, on peut empêcher les points de fuite et de déperdition thermique. La préfabrication pour maîtriser l’étanchéité à l’air s’avère aussi un process industriel les plus efficaces et garant de qualité.

Pour assurer la montée en compétences et connaissances sur ce sujet, FAÇADEBOIS.COM a choisi d’aborder cette thématique. Cette visioconférence a permis d’aborder les critères de qualité à respecter et d’apporter les dernières informations, notamment au regard du NF DTU 31.2 révisé en mai 2019.

En qualité de fabricant, l’entreprise UBBINK développe les points à maîtriser pour une bonne étanchéité, et présente des produits adaptés pour y répondre. La présentation tourne autour de 3 axes :

  • Les critères de choix des membranes pare-vapeur ;
  • L’importance des bandes adhésives ;
  • Les accessoires pour gérer les points de fuite.

Enfin, RAMERY CONSTRUCTION BOIS fait part de son expérience dans la préfabrication pour maîtriser l’étanchéité à l’air. Des points de vigilance et solutions techniques sont explicitées, durant toutes les phases du chantier. On note par exemple l’importance du suivi de chantier et de la formation des opérateurs pour vérifier la maîtrise continue de l’étanchéité à l’air du bâtiment.

Retrouvez l’ensemble des présentations en replay, ainsi que les produits UBBINK

 

Des spécialistes de l’étanchéité à l’air, garants du respect des bonnes pratiques !

Dans sa vocation de favoriser la mise en réseau, FAÇADEBOIS.COM continue de réunir Les experts des techniques de complexes bois et des produits associés. Le thème de ce mardi 30 mars 2021 concernait le respect des bonnes pratiques pour une étanchéité à l’air optimale et maîtrisée.

FAÇADEBOIS.COM apporte des solutions techniques pour des façades performantes et durables. Elle rassemble des fabricants de produits et diffuse une documentation très diversifiée sur ce domaine. De plus, les actualités annoncées vous permettent d’être toujours à la page. L’écosystème de FAÇADEBOIS.COM, c’est depuis 25 ans, du conseil et de la formation, pour accompagner vos projets. Vous cherchez une expertise ? Contactez-nous.

Le site partenaire, PREFABRICATIONBOIS.COM, était représenté par son gérant William DELABY. Il partage l’objectif de faciliter le recours à des constructions rapides en bois. Il réunit des entreprises, artisans, bureau d’études, pour prôner les bonnes pratiques sur les techniques de complexes bois en préfabrication. Il facilite aussi les synergies entre les sociétés qui mettent en œuvre et les apporteurs de solutions préfabriquées (dont aussi la taille de charpente ou encore la taille de panneaux CLT).

La société UBBINK était représentée par son chef de produits, Paul COLPAERT. Cette entreprise mêle des compétences dans les domaines suivants :

  • étanchéité à l’air ;
  • étanchéité à l’eau ;
  • ventilation.

Fort d’une expérience de 30 ans dans la performance énergétique, cette entreprise de 90 collaborateurs fournit des systèmes complets, tant pour les industriels que pour les distributeurs. Elle génère un chiffre d’affaires de près de 40 millions d’euros par an et dispose d’un espace de stockage de 7 000 m².

Philippe BOUQUET est quant à lui chef d’études chez RAMERY CONSTRUCTION BOIS. Créée en 2001 avec 5 salariés sous le nom de Bel’Bois, la société connaît une expansion fulgurante, avec 50 salariés dès 2007. Elle change de nom en 2017, après le rachat par le groupe RAMERY en 2008.

Cette entreprise des Hauts-de-France est spécialisée dans une préfabrication poussée de murs à ossature bois. Fort de cette construction hors site, elle produit environ 18 000 m² de murs par an, en associant les parements intérieurs par plaque, les revêtements extérieurs ou encore les menuiseries. Les passages de gaines techniques sont aussi prévus. Certifiée « Cradle 2 cradle », « Passiv’haus » ou encore « Certi’Paille », elle réalise toutes typologies de bâtiments. Les exemples cités montrent aussi la maîtrise des performances sur des constructions passives, où on note aussi l’intérêt de valoriser des ressources locales (ex : peuplier).

Quel est le principe de l’étanchéité à l’air ?

Une étanchéité à l’air optimale et maîtrisée est nécessaire pour traquer les fuites d’air. Les sources de fuite principales sont notamment :

  • les menuiseries ;
  • les liaisons façades / murs / planchers ;
  • les éléments traversants murs / parois (gaines) ;
  • les équipements électriques.

Il ne s’agit toutefois pas d’isoler à outrance un bâtiment, ni de le rendre aussi étanche qu’une bouteille Thermos®, mais de maîtriser l’étanchéité à l’air de façon homogène. Pour le renouvellement de l’air, une ventilation mécanique doit permettre l’extraction d’air vicié et son remplacement par un air frais.

Pour être le plus performant possible sur l’étanchéité à l’air, notons :

  • la bonne application du NF DTU concerné ;
  • la mise en œuvre de membranes pare-vapeur coté chaud et accessoires performants;
  • la coordination des corps de métier, notamment pour une bonne gestion des interfaces.

La qualité de l’étanchéité à l’air est d’autant plus importante que l’entreprise est responsable, en cas de désagrément après la livraison.

Le respect des bonnes pratiques expliqué dans le NF DTU 31.2 !

Le NF DTU 31.2 « Construction de maisons et bâtiments à ossature en bois » a été révisé en mai 2019. Il décrit les règles de l’art pour le respect des bonnes pratiques sur l’étanchéité à l’air, en proposant une approche globale. Retrouvez le Guide d’Application dans la rubrique MEDIATHEQUE.

La notion de pare-vapeur, introduite dès 2011, reste primordiale. Ces membranes protègent l’isolant en formant une barrière contre la migration de la vapeur d’eau de l’intérieur vers l’extérieur de la paroi. Ils sont notamment définis par une valeur Sd, qui quantifie en mètres la résistance au passage de cette vapeur d’eau. Il se calcule par la formule :

Sd = μ x épaisseur du matériau

μ désigne le coefficient de résistance à la diffusion de vapeur d’un matériau

Plus le Sd est grand, plus la barrière est grande, et donc moins le pare-vapeur est perméable.

Les pare-vapeur admis dans le NF DTU sont des membranes souples ou panneau rigide, nouveauté du NF DTU, ayant un Sd supérieur ou égal à 18 m, conformes à la norme NF EN 13984, dans le cas d’un bardage ventilé. A noter que les complexes kraft-polyéthylène et les membranes hygro-régulantes ne sont pas admis dans le NF DTU et doivent disposer d’avis techniques pour être applicables dans le respect des techniques courantes.

Le NF DTU introduit surtout la notion de « facteur 5 » sur la perméabilité des couches composant la paroi. Ainsi, le côté intérieur de la paroi doit être au moins 5 plus résistant à la diffusion de vapeur d’eau que le côté extérieur. Le côté intérieur est donc plus « fermé » que le côté extérieur, pour éviter toute condensation dans le mur.

Le NF DTU impose aussi des exigences sur les adhésifs, et notamment leur résistance aux contraintes suivantes :

  • Cisaillement à l’état neuf : l’adhésif doit avoir une résistance supérieure à 40 N pour 50 mm ;
  • Cisaillement à l’état vieilli : la mesure doit être supérieure à 30 N, et garder au moins 70 % de sa résistance initiale ;
  • Pelage : résistance nécessairement supérieure à 25 N.

Des essais en laboratoire permettent de mesurer ces performances. Des labels comme CTB (fourni par le FCBA) existent aussi pour attester de ces critères de qualité.

Le NF DTU exige d’assurer la continuité de l’étanchéité aux abords des éléments traversants. Des accessoires comme des manchons EPDM et des passe-câbles ajustables sont disponibles.

Enfin, le NF DTU impose de maîtriser la jonction du mur ossature bois avec la dalle béton ou le plancher bois. Pour cela, on préconise aussi de laisser une largeur de pare-vapeur suffisante, sur lequel on applique un mastic et adhésif sur la dalle. De la même façon, si un jeu supérieur à 1 cm existe entre deux panneaux de bois ou dans une configuration d’angle, le recouvrement par une bande de pare-vapeur est imposé. Ceci permet la continuité de la membrane sur l’ensemble des surfaces de la paroi.

Quelles solutions techniques pour le traitement des points singuliers et la gestion des interfaces ?

En plus de l’application du NF DTU, des principes simples permettent de favoriser une étanchéité à l’air optimale et maîtrisée. Par exemple, on peut citer les principes suivants :

  • La membrane étant posée sur l’ossature principale, on peut fixer une contre-ossature par clouage et créer un vide technique : les gaines pourront alors être posées sans besoin de traverser le film ;
  • agrafage aux 4 coins du mur et raccordement des lés par bandes adhésives ;
  • recouvrement de 10 cm entre membranes ;
  • bien poser les scotchs sur les menuiseries ;
  • éviter les plis de la membrane.

Ces principes seront d’autant plus maîtrisés qu’ils peuvent être préfabriqués en atelier.

RAMERY CONSTRUCTION BOIS cite aussi un système de fixation mâle / femelle pour serrer les éléments de bois et assurer la jonction du pare-vapeur entre 2 murs mis bout-à-bout.

D’une manière générale, pour anticiper les problèmes, il faut :

  • que les fabricants forment les compagnons qui vont intervenir sur le chantier (quel que soit leur corps d’état) : il s’agit de les sensibiliser à l’étanchéité à l’air et au respect de sa performance ;
  • disposer de bandes suffisamment larges et adhérentes ;
  • travailler dans des conditions climatiques et conditions de travail favorables ;

Enfin, il est nécessaire de vérifier la qualité du chantier à plusieurs étapes. Ainsi, au vu de sa responsabilité, l’entreprise qui pose le pare-vapeur doit vérifier la qualité des supports à la réception du gros œuvre, avant toute intervention. De même, le test Blowerdoor® intermédiaire est crucial, pour vérifier qu’il n’y a pas d’importantes fuites avant de continuer les travaux.

Quels sont les membranes pare-vapeur et accessoires performants ?

UBBINK présente plusieurs produits pouvant permettre d’assurer une étanchéité à l’air optimale et maîtrisée.

Concernant les membranes :

  • Protec’Vap®: pare-vapeur ayant un Sd de 35 m, adapté pour un parement extérieur ventilé ;
  • Protec’Vap+®: produit équivalent mais plus épais et avec des matières recyclées ;
  • Protec’Vap 90® : pare-vapeur ayant un Sd de 90 m, adapté en zone froide (régulièrement inférieure à -15 °C) ou pour un parement extérieur non ventilé (ex : enduit) ;
  • Multibar FV® : frein-vapeur ayant un Sd inférieur à 18 m. Il peut être appliqué en respectant le « facteur 5 ».

Des films en polyéthylène et pré-pliés existent aussi pour s’adapter aux angles, tant externes qu’internes.

Au sujet des adhésifs, UBBINK dispose d’une référence certifiée CTB, trouvant des applications aussi bien en intérieur (pare-vapeur) qu’en extérieur (pare-pluie et écran de sous-toiture).

À propos des accessoires :

  • Manchons d’étanchéité universelle : leur diamètre s’adapte au diamètre de la gaine traversante. Les bandes adhésives dont ils disposent se collent au pare-vapeur ;
  • Bande Butyl Elastic®: pour des éléments traversants plus épais, ces bandes légères, souples et malléables trouvent une application en intérieur seulement, étant sensibles aux UV. Elles sont étirables à plus de 60 %.

L’ensemble des produits UBBINK peuvent aussi être consultés ici

En plus de proposer des produits performants, la société propose aussi des simulations gratuites de la migration de la vapeur d’eau sur 10 ou 20 ans, en fonction de la configuration de la paroi. Avec le logiciel WUFI®, ceci permet de vérifier le risque ou non de condensation, et d’adapter les solutions techniques en conséquence.

Quelles questions soulève une étanchéité à l’air optimale et maîtrisée ?

  • La marque des produits (pare-vapeur ; adhésif ; accessoires) doit-elle être similaire pour une meilleure performance ?

L’application d’un adhésif certifié CTB peut s’appliquer sur n’importe quelle membrane, vu que les conditions de certification se font sur un film « standard ».

  • Les conditions d’application diffèrent-elles en situation de montagne ?

Pour rappel, en construction, on considère les zones de montagne comme étant supérieure à 900 m. Cette altitude n’a aucune conséquence sur les bonnes pratiques à respecter sur l’étanchéité à l’air.

  • Quel est l’impact sanitaire de l’application de ces produits ?

Pour rappel, l’industriel doit fournir une fiche FDES (fiche de déclaration environnementale et sanitaire) au sujet de l’impact potentiel d’un produit sur l’environnement et sur les usagers. Les produits UBBINK disposent du classement A+ concernant la qualité de l’air.

Notons aussi que l’ensemble des produits concernés ne sont plus en contact avec l’usager, après la réception de l’ouvrage. Les films et autres adhésifs sont effectivement sous le parement intérieur.

  • Quel coût représente l’étanchéité à l’air ?

Malgré le bénéfice qu’elle apporte, l’étanchéité à l’air ne représente que 0,5 à 1 % du budget de la construction. Aussi, précisons que le produit en matériaux recyclés Protec’Vap+® coûte environ 35 à 40 % plus cher que le Protec’Vap®.

  • Comment maintenir l’étanchéité lors de l’intervention du 2nd œuvre (plomberie, électricité…) ?

Il est préconisé d’associer l’ensemble des entreprises dès la conception, afin d’anticiper les passages de gaines par exemple et d’élaborer ensemble les plans.

Cette anticipation est d’autant plus nécessaire que les réparations qui seraient nécessaires après réception du chantier sont fastidieuses, contraignantes et donc coûteuses.

Merci à préfabricationbois.com, William DELABY, à RAMERY CONSTRUCTION BOIS, Philippe BOUQUET et à UBBINK, Paul COLPAERT pour la qualité de leur intervention. 

Prochainement !

Le prochain webinaire aura lieu le jeudi 8 avril à 11h30, au sujet de « la réaction au feu et la maintenance des bardages bois », avec la société SIVALBP. Il apportera notamment des points d’éclairage sur le maintien des performances du revêtement bois des bâtiments collectifs et ERP. consulter ce WEBINAR TECHNIQUE. 

Pour ne rien manquer des actualités et des prochains webinars, inscrivez-vous à notre newsletter.

FacebookTwitterPinterestLinkedIn