Depuis deux ans, que ce soit dans les médias, dans les colloques ou sur les salons, vous avez certainement constaté qu’il devenait impossible d’échapper au terme Hors-Site. FAÇADEBOIS.COM n’y échappe pas, la locution encore inconnue en France il y a peu, fait son apparition sur le blog, mais de quoi parlons-nous réellement.

Construire Hors-Site : De quoi parlons-nous ?

Le terme Hors-Site est la traduction de l’expression britannique de « Off-Site ». C’est Pascal CHAZAL, fondateur et dirigeant pendant trente ans de la société OSSABOIS, qui découvrit l’expression lors d’un voyage à Londres et lui fit traverser le chanel.

Construire Hors-Site, c’est construire en dehors du chantier des éléments constitutifs à forte valeur ajoutée d’un bâtiment qui seront ensuite assemblés sur le chantier. Le procédé est déjà bien connu dans la filière bois. Il est plus simple et logique de travailler les composants bois en atelier, et c’est généralement le procédé choisi par les constructeurs de bâtiment à structure bois. Qu’ils conçoivent en panneaux 2D ou en volumétrique 3D leurs parties d’ouvrage.

Industrialisation et standardisation de la construction !

Mais la construction Hors-Site va plus loin dans son raisonnement. Elle intègre des notions issues de l’industrie manufacturière comme le Lean management et l’amélioration continu, ou encore la standardisation d’éléments constitutifs.

Le mot standardisation engendre des craintes d’uniformisation des nos maisons et bâtiments. Il n’en est rien. Regardons du côté de l’industrie automobile qui a mené cette révolution industrielle dans les années 80. Nos automobiles sont devenues beaucoup plus fiables (amélioration de la qualité générale), moins onéreuses (contrairement à l’idée reçue) et incroyablement plus performantes et sécurisantes.

La standardisation est une des clés de cette évolution. Si vous comparez deux modèles d’automobiles apparemment identiques, ils sont en réalité complètement différents en termes de finitions et d’options possibles pour s’adapter au goûts et envies du consommateur final.

Le cabinet d’audit et de conseil McKinsey nous annonce que la construction Hors-Site représentera 20% du marché de la construction neuve à l’horizon 2030. Dans le même temps les règlementations environnementales vont rendre l’utilisation du bois, matériaux biosourcé et durable par essence, de plus en plus présente dans le neuf comme dans la rénovation. Pour répondre à cette demande grandissante, les entreprises de la filière devront être en mesure de passer d’un mode intermédiaire d’industrie artisanale à des procédés plus industrialisés.

Process industriel pour la préfabrication de façades ossature bois en atelier

Comment réindustrialiser nos territoires ?

Toutes les entreprises de construction partagent une problématique commune : la pénurie de collaborateurs qualifiés. Les métiers du bâtiment ont mauvaise presse, réputés durs, dangereux et peu rémunérateurs. La profession peine à motiver les nouvelles générations et ces métiers sont, à priori, peu séduisants dans le cadre d’une reconversion professionnelle.

Construire sur un chantier demande des compétences spécifiques parfois longues à acquérir, la formation in situ est donc compliquée à mettre en œuvre et est souvent à l’origine d’échecs.

Il est beaucoup plus aisé d’encadrer et de former des collaborateurs dans un atelier ou une usine. Les process sont plus lisibles, l’encadrement plus présent. Même les récentes mesures de distanciation sociale sont plus simples à appliquer.

De nombreuses industries sont en difficultés et les risques de fermetures sont bien réels. L’industrialisation de la construction offre l’opportunité de transformer ces infrastructures industrielles et leurs salariés à la construction de nos logements ou à leur réhabilitation énergétique.

Pour exemple, il y a quelques années OSSABOIS a racheté une usine de grille-pain dans les Vosges dont une importante partie du personnel était féminin. L’usine a été métamorphosée en unité de production de panneaux bois, les personnels réemployés et formés. Cette usine produit toujours pour OSSABOIS, elle a redonné de l’emploi et de la dignité à toute une région. Elle est la preuve qu’il est possible de transformer et de renforcer notre tissu industriel et de produire en France.

La réhabilitation énergétique au cœur du plan France Relance !

Le gouvernement a récemment annoncé son plan de relance économique qui comporte d’importants investissements en faveur de la transition énergétique.

Le bâtiment au sens large (construction, usage, maintenance et fin de vie) est à l’origine d’environ 50 % de nos émissions de gaz à effet de serre (GES), le bêton est pour sa part responsable d’environ 8% des GES. Si le bois peut remplacer avantageusement une partie du béton, le véritable enjeu de cette transition est bien la réhabilitation de notre parc immobilier à commencer par les passoires thermiques.

Le parc existant représente des millions de logements qui vont nécessiter des travaux de rénovations énergétiques importants. Avec les méthodes traditionnelles, certains ont avancé le chiffre de 100 ans pour mener à bien cette réhabilitation. La seule solution pour tenter de rester dans les objectifs de neutralité carbone de l’économie à l’horizon 2050 est d’utiliser partout où c’est possible, des procédés industriels pour massifier la rénovation énergétique. La massification de la rénovation énergétique permettra l’émergence de technologies nouvelles et surtout de faire baisser les coûts.

C’est tout l’objet de programmes comme EnergieSprong qui a présenté les lauréats de son concours d’innovation début septembre à la Cité Fertile à Pantin.

EnergieSpong (saut énergétique en Néerlandais) est un programme européen d’origine hollandaise et porté en France par le cabinet Greenflex.  Les objectifs du programme sont d’inciter les entreprises à collaborer sur des projets communs innovants pour faire émerger des procédés industrialisables. Et de faire se rencontrer les industriels, entreprises générales pour la mise en œuvre et les bailleurs (sociaux au départ).

Des entreprises de la façade en bois ont participé au concours dans différents groupements et les résultats sont à la hauteur. Plusieurs ont été nominées et quelques-unes ont remporté le trophée dans leur catégorie. Découvrez l’équipe TeamS Co², Lauréate EnergieSprong, et sa solution de façade isolée en ossature bois multisites.

L’équipe TeamS Co² Lauréate EnergieSprong avec sa solution de Façade Ossature Bois

La construction Hors-Site ne se limite pas à un type de matériaux ou de système constructif. Il s’agit d’un mode de pensée qui « révolutionne » la culture traditionnelle et profondément ancrée du chantier. Plutôt qu’une révolution technique c’est un changement de logiciel qui s’impose dans nos métiers, pour passer d’un mode de fonctionnement fortement segmenté à un système plus collaboratif. La construction bois a déjà intégré bon nombre des méthodes Hors-Site, elle sera sans nul doute un acteur incontournable pour une construction plus vertueuse et durable.

Merci à Pascal CHAZAL, Directeur CEO Patch Conseil et à Olivier VILLENEUVE, Directeur de Publicité, Hors-Site.

 

HORS SITE est partenaire de la plateforme FAÇADEBOIS.COM